Red Eye

Red Eye
2005
Wes Craven

Grand maître de l’horreur à qui l’on doit certaines des plus célèbres franchises du genre, Wes Craven n’a pourtant jamais connu de très grand succès critique ou commercial. C’est bien simple, pas un seul de ses films en dehors de la saga Scream n’a réussi à atteindre le pallier des 100 M$ de recettes mondiales. Quand on constate avec quelle facilité déconcertantes les productions horrifiques Bloomhouse explosent tous les compteurs ces dernières années, cela peut sembler un peu injuste, mais après un vrai succès se fait sur le long terme et la plupart des films du réalisateur ont durablement marqué le paysage, contrairement au film dont il est question aujourd’hui. Plus gros succès du réalisateur en dehors de sa saga Scream avec 95 M$ à l’international, sa tentative de passer au thriller était marquée par de très bonnes intentions, mais le film accuse presque deux décennies de retard…

Quand on prend l’avion, il arrive qu’on passe des heures entières assis à côté d’un parfait inconnu. Inconnu pour vous, mais êtes-vous un inconnu pour lui ? Gérante d’un grand hôtel de Miami, Lisa (Rachel McAdams) pensait tranquillement rentrer de Dallas, loin de se douter que cela faisait des mois qu’un groupe la suivait et avait mit au point un plan dont elle était sans le vouloir le pivot central. Homme d’apparence charmant et gentil, Jackson Rippner (Cillian Murphy), son voisin de fauteuil dans l’avion, va finalement se révéler être un dangereux terroriste qui tient le père de Lisa (Brian Cox) en otage et qui souhaite utiliser la position de Lisa pour sa prochaine mission.

Le point de départ du film est très intéressant puisqu’il nous place dans un avion, lieu exiguë, où une pauvre femme se retrouve manipulée par un homme tout puissant qui semble avoir très bien planifié son opération et qui maîtrise l’art de la manipulation. Les deux acteurs sont très charismatiques et le ton se fait vite très pesant, mais on s’en tiendra à une simple attention. Pratiquement toutes les informations sur l’affaire nous sont dévoilées d’emblée, il n’y a plus la moindre surprise après demi-heure de film, on notera une certaine redondance dans l’avion avec une sous-exploitation monstrueuse de rôles secondaires qui auraient pu relancer l’intérêt, et la dernière ligne droite est assez bordélique avec des protagonistes en roue libre qui n’ont plus aucune cohérence. Le film a un arrière-goût de produit sur-calibré où le suspense n’y a pas sa place. C’est dommage car le potentiel était là, mais la prévisibilité est écrasante et on en ressort avec l’impression d’avoir déjà vu ce film une bonne dizaine de fois. Heureusement, c’est court, dynamique et bien réalisé, mais ça ne sauve que les apparences.

Cette entrée a été publiée dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>