Seuls

Seuls
2017
David Moreau

Pays de la BD, la France possède une richesse culturelle énorme dans ce domaine et pourtant le cinéma hésite souvent à y puiser, alors même que les adaptations du genre sont pour la plupart couronnées de succès en salles, à défaut de convaincre les critiques. Dénotant des comédies habituelles en proposant un univers fantastique, la bande-dessinée de Fabien Vehlmann et Bruno Gazzotti redore t’elle le blason des adaptations françaises ? Un peu, mais ça reste gentillet.

Adaptation des cinq premiers tomes de la BD, le film raconte le désarrois de cinq jeunes : Leïla (Sofia Lesaffre), Dodji, Terry (Jean-Stan du Pac), Camille et Yvan. Ils vont un beau matin se réveiller dans un Paris désert, vidé de ses habitants comme si de rien n’était et que le monde entier avait été mis sur pause. Pire, une étrange brume opaque et étouffante entoure la capitale, et plus encore, un dangereux psychopathe armé d’un couteau semble les poursuivre. Mais nom de Zeus c’est quoi ce bordel ?!

Un pitch de départ où un ou plusieurs héros se retrouvent dans une ville déserte ou qui mystérieusement se désertifie progressivement, on en a eu un sacré paquet allant du virus à la damnation divine. Très vite les questions se bousculent quand on constate certaines aberrations comme un système électrique toujours opérationnel ou que comme par hasard ce ne sont que des jeunes qui se réveillent dans cette ville fantôme. Bien sûr, les plus attentifs sentiront le coup venir suite au clin d’œil télévisuel – et ça n’est pas forcément très original – mais au moins ça a le mérite d’expliquer et de justifier le pourquoi du comment. Un poil décevant, mais ça se tient. Qu’a donc le film pour se démarquer ? Heureusement, il peut compter sur une héroïne charismatique emmenée par une actrice prometteuse, l’ambiance apocalyptique marche bien grâce à une photographie sombre et des panoramas étouffants, et le côté comics avec des styles vestimentaires tranchés est aussi très bien exploité. Si les insertions du drone sont ratées, globalement la patte visuelle est belle et la réalisation efficace. Avec une durée de tout juste 90 minutes, le dynamisme est optimal et nous n’avons pas une fois l’impression que l’histoire patine, offrant en plus une dernière scène spectaculaire ouvrant la porte à de potentielles suites. Malencontreusement, avec à peine plus de trois cent mille entrées, la trilogie est avortée et on restera là, mais que cela ne vous empêche pas de découvrir le film, particulièrement original dans notre paysage audiovisuel français.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

Ouvert la nuit

Ouvert la nuit
2017
Edouard Baer

Disparu des radars après deux semaines à l’affiche, s’en allant dans les bas fonds des charts avec seulement quatre-vingt mille entrées au compteur, le film fut un échec retentissant et marqua le troisième rejet en trois films pour l’acteur s’essayant à la réalisation. S’il me sera difficile de juger les deux autres, ne les ayant pas vu, c’est en tous cas cette fois assez méritée.

Le théâtre vous passionne et vous aimeriez en découvrir les coulisses ? Grave erreur : tous les théâtres ne sont pas animés de belles et nobles intentions artistiques comme en témoigne celui de Luigi (Edouard Baer), au bord du désastre à un jour de la grande première de leur dernière pièce en préparation. Les comptes sont au rouge, les employés ne sont plus payés depuis deux mois et menacent de faire grève, l’un des acteurs principaux est blessé et le metteur en scène réclame un singe, le tout en une nuit. Gérant du théâtre de l’étoile, Luigi va donc être chargé de résoudre tous ces problèmes, un comble pour quelqu’un qui n’arrive même pas à être responsable de lui-même.

Le principe du film aurait pu être sympa : un responsable de théâtre et son assistante (Sabrina Ouazani) écumant le Paris de la nuit, résolvant tour à tour les problèmes un peu comme une succession d’interactions avec des PNJ qui débloqueraient moult quêtes pour rejoindre la principale. Seulement voilà, on est loin de la magie d’un Minuit à Paris, le héros y met très peu de bonne volonté – et c’est énervant à force tellement on voudrait le secouer – et on ne comprend pas comment son entourage (incluant Audrey Tautou, Grégory Gadebois, Lionel Abelanski et Michel Galabru) permet voir encourage un tel comportement. C’est bien simple, Edouard nous ressort le même genre de personnage insupportable et déconnecté de la vie réelle que dans Turf où il campait un flambeur inconscient et qui se pavanait avec une arrogance folle. À la rigueur pourquoi pas s’il subit à un moment donné une prise de conscience ou un retour d’ascenseur rétablissant la morale, mais non, et on lui donne presque raison. Donc non seulement son périple nocturne n’a rien de palpitant mais en plus aucun des protagonistes quels qu’ils soient n’est attachant à cause soit d’un mauvais fond soit d’une inaction face à ceux qui ont un mauvais fond. Pire, les dialogues sont à hurler tant des phrases comme « oui il est courant, faut juste que je lui dise » ne provoquent pas la moindre réaction. Non, ça n’est pas un grand gamin inconscient qui fait innocemment des erreurs, c’est un parasite qui prospère grâce à la faiblesse des autres. Et si au moins c’était bien joué, on pourrait limite dire que le film fait exprès de mettre en avant un personnage antipathique et que c’est de l’anticonformisme que de vouloir le conforter dans son rôle, mais ça ne marche pas car le film joue sur le raz-le-bol général l’entourant. Une œuvre fade, inaboutie et incohérente.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

L’Ascension

L’Ascension
2017
Ludovic Bernard

En 2008, un franco-algérien de banlieue parisienne s’était lancé un défi personnel : gravir le plus haut sommet du monde, le mont Everest. Prénommé Nadir Dendoune, il a tiré de son incroyable expérience un livre, Un Tocard sur le toit du monde, dont le film est censé y puiser son inspiration. Pourtant, malgré la supervision du principal concerné en tant que co-scénariste, l’histoire du film diffère beaucoup.

Il n’y a aucune limite à ce qu’on pourrait accomplir par amour, du moins quand on aime vraiment. Refusant inlassablement de sortir avec Samy (Ahmed Sylla), le jugeant incapable de faire quoi que ce soit, Nadia (Alice Balaïdi) va lui lancer un défi irréalisable pour se débarrasser de lui, bien loin de se douter que le bougre allait prendre le challenge au sérieux. C’était le deal : pour obtenir l’amour de son âme sœur, il devait gravir l’Everest, et c’est exactement ce qu’il va essayer de faire.

Le roman original nous comptait une histoire de dépassement de soi, de retour à la nature et de quête personnelle, un peu à la Into the Wild, mais l’approche du film est aussi très intéressante. En plus de donner un but plus noble et profond au héros, car rien n’est plus fort que l’amour, le film met aussi en avant deux aspects diamétralement opposés mais qui trouvent un point d’ancrage en cette folle aventure : les médias et l’humain. Pour financer une telle expédition, il faut bien trouver des sponsors, de l’argent, et l’un d’eux sera une radio amateur qui se chargera de garder le contact avec l’alpiniste en herbe, d’assurer la promo de l’événement, d’en conter les exploits, de le faire entrer dans la légende. De l’autre, on suit le combat de Samy, parcourant des terres qui lui étaient inconnues et faisant des rencontres lui apportant un regard nouveau sur le monde, notamment son fidèle porteur de sac Johnny avec qui il va nouer une bouleversante amitié qui balaye nos doutes sur la nature profonde de l’homme, qui quand elle n’est pas pervertie par la société nous inonde de bonté. Si l’humour n’est pas très recherché et que la réalisation ne rend pas suffisamment hommage au caractère exceptionnel des décors traversés, il se dégage du film une sincérité et une pureté revigorantes qui méritent à elles seules qu’on s’y attarde.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

La Momie

La Momie
2017
Alex Kurtzman

Quand on jette un coup d’œil à ce qui rapporte le plus dans l’univers du cinéma, les franchises y ont une belle place et Marvel a montré à quel point ça pouvait rapporter gros. Du coup, Warner a lancé ses DC Comics et une nouvelle saga dérivée d’Harry Potter, Universal son univers étendu de Fast and Furious, la Paramont également avec Transformers. Mais pour lancer une machine pareille il faut le matériel nécessaire derrière, à moins d’avoir l’ambition et l’imagination pour créer sa propre mythologie. Se rendant compte qu’elle possédait les droits des monstres les plus légendaires, Universal a voulu les rassembler déjà quatre fois. En 2003 le cross-over ultime était là avec La Ligue des Gentlemans extraordinaires, mais non seulement le film était raté mais en plus Marvel a montré l’importance d’introduire au préalable le plus de protagonistes possible. Trop tard, Van Helsing (rassemblant aussi Dracula et le Loup-Garou) était déjà dans les tuyaux et les résultats furent tout aussi mitigés en 2004. En 2010 ils ont essayé de relancer l’affaire avec le fameux loup-garou dans The Wolfman, mais ce fut un naufrage financier à cause d’un budget délirant (150 M$). Faux départ mais Dracula Untold avait enfin réussi à s’imposer au box-office malgré une qualité discutable, seulement les choses ne se sont tout de même pas faites. Faisant fi d’un passif alarmant, le studio a cette fois vu les choses en grand en faisant signer les acteurs les plus bankables d’Hollywood pour déjà une poignée de films annoncés comme «événementiels». Du cache misère pour un projet qui puait le pétard mouillé, et en voici le reboot des effluves avec le remake de la trilogie d’aventure de La Momie, déjà pas ouf.

Vers la fin de l’ère égyptienne, une princesse prénommée Ahmanet (Sofia Boutella) fit appel aux forces obscures du dieu de la mort, Seth, pour accéder au trône en tuant son père et le nouveau né qui avait compromis son accession. Prit sur le fait par de loyaux sujets, elle fut momifiée vivante et son sarcophage fut caché loin de ses terres, en Iraq. Plusieurs millénaires plus tard, un militaire arrondissant ses fins de mois en pillant de tombes, Nick Morton (Tom Cruise), va trouver le fameux sanctuaire et réveiller des forces qu’il aurait mieux valut ne pas déranger.

Gros budget, gros casting et intérêts colossaux : ils n’avaient pas le droit à l’erreur. Si les premiers chiffres au box-office sont excellents et que la barre des 500 M$ pourrait être atteinte, ce Dark Universe part extrêmement mal, que ce soit le film en lui-même ou ses tentatives pour introduire la saga. L’histoire de la future momie ne démarrait pas si mal, mais une fois dans le présent tout n’est qu’une succession de maladresse ou de pauvreté artistique. On découvre un héros lambda, beau-gosse et bad-guy, balançant des vannes et nous ressortant le coup des deux « bro » qui font n’importe quoi et plaisantent toutes les deux secondes. Du cliché sur pattes sitôt rejoint par «la fille» (Annabelle Wallis), la bonasse de 22 ans de moins, là uniquement histoire d’avoir une romance, mais mon dieu que c’est vide… On arrive ensuite au truc le plus classe de la bande-annonce, le héros qui se réveille à la morgue. La raison est sympa, le développement est minable, passant à autre chose dans l’indifférence la plus totale. Et c’est comme ça tout le long, restant à la surface des choses dans un conformisme désespérant. Du pur produit formaté sans saveur, appliquant à la lettre la formule classique à base d’action, humour et romance. Le problème c’est que les effets-spéciaux sont parfois limites, les acteurs n’y croient pas une seconde, l’histoire est aseptisée et chaque gag tombe à l’eau.

Côté «Dark Universe», le personnage de Dr Jekyll (Russell Crowe) est accablant, stéréotype du mégalomane excentrique avec à la clef une performance d’acteur effroyable. Enfin ça reste plus acceptable que la fin avec une transformation aussi téléphonée qu’invraisemblable, achevant de nous convaincre : c’est une bouse. Vu le succès commercial on y échappera pas, l’univers étendu sera développé, mais gageons que le public ne se laissera pas duper une fois de plus. Un tel massacre mérite une sanction exemplaire.



Disponible en vidéo complémentaire :
https://www.youtube.com/watch?v=HbozTwqbILY

Publié dans Cinéma, Critiques, Vidéo | Laisser un commentaire

Mister Showman

Mister Showman
2009
Sean McGinly

Inspiré par un vrai mentaliste qui avait connu son heure de gloire et avait réussi à faire un come-back tardif, le film raconte comment le grand Buck Howard (John Malkovich) s’est une nouvelle fois emparé de la scène après des années de retraite. Etant un homme difficile à vivre (bipolaire, capricieux, exigeant et arrogant), son personnel jetait régulièrement l’éponge, et il se retrouvait alors dépourvu d’assistant pour gérer sa tournée. Jeune homme ayant arrêté ses études de droit pour se consacrer à sa passion qu’est l’écriture, Troy Gable (Colin Hanks) se devait néanmoins de trouver un travail pour payer ses factures, et c’est ainsi que les deux hommes se sont rencontrés. Face à un tel personnage l’entente semblait difficile, mais Troy va apprendre à connaître l’homme se cachant derrière, tout en restant fasciné par les énigmatiques tours de son maître.

Tout le monde n’y est pas forcément sensible, mais certaines personnes dégagent un tel charisme qu’elles en deviennent pour beaucoup un gourou hypnotisant qu’on pourrait suivre jusqu’au bout du monde. C’est clairement le genre d’histoire que le film met en avant, mais ça ne prend pas. Dans notre monde où même les plus gros effets-spéciaux des meilleurs blockbusters nous lassent, où la course aux graphismes dans les jeux-vidéo n’est plus une fin en soi, le mot « impressionnant » semble perdre tout sens au fil du temps. Alors pour réussir à nous vendre du rêve avec un spectacle de magie, il faut à minima faire voler en éclat les lois de la physique ou de la nature. Ici, on nous montre de l’hypnose comme on en soupe depuis des siècles avec pour clou du spectacle un tour de passe-passe quasi grotesque et malaisant où il doit retrouver son cachet caché : on ne joue pas avec de l’argent, surtout pas avec une telle désinvolture. Le show est mou, vu et revu, la mise en scène plate et le fameux showman est ringard, voir pathétique. Pire, les acteurs ne sont pas au mieux et on se croirait devant un téléfilm. Dans ces conditions, même si on croisera Tom Hanks et Emily Blunt, s’intéresser à cette tournée serait un véritable tour de magie, contrairement à ceux montrés dont la redondante et la platitude auront tôt fait de nous endormir.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

DUFF

DUFF
2015
Ari Sandel

La période charnière des teen-movie où les American Pie foisonnaient semble désormais révolue, mais ça n’empêche quelques tentatives ici et là, même si presque aucune n’arrive jusqu’en France, celle-ci incluse. Avec 34 M$ aux Etats-Unis et 43 M$ dans le monde, ce film est assez largement passé inaperçu, mais contrairement à la plupart des derniers essais ça n’a pas été un four retentissant, ce qui est déjà beau et laissait espérer un quelconque renouveau ou une efficacité revigorante. En fait non, le film a juste eu la chance de sortir en pleine disette.

Savez-vous ce qu’est un ou une DUFF ? Eh bien dans le monde merveilleux du lycée américain où l’on aime par dessus tout mettre des étiquettes aux gens, à supposer qu’ils en aient réellement besoin tant on y croise des clichés ambulants en puissance, il s’agit d’un membre d’un groupe qui sert de faire-valoir, celui qui met les autres en valeur. D’où l’abréviation DUFF (Dodu Utile Fade et Facile). Jusqu’alors loin de se douter qu’elle en était une, la discrète Bianca (Mae Whitman) va découvrir à son détriment que ce statut peu flatteur lui colle à la peau. Bien décidée à y remédier, elle va demander l’aide du beau gosse footballeur (Robbie Amell) qui se trouve être un voisin et ami d’enfance.

Alors déjà qu’un lycée américain est une avalanche de stéréotypes, y rajouter des noms par dessus n’est pas une grande marque d’originalité. Une absence de concept qui fait mine de poser un prétexte légitime pour nous ressortir une histoire vieille comme le monde : la moche qui devient « belle » (ça reste une brune aux traits grossiers et aux yeux noirs dégueulasses), avec en prime les éternelles histoires de la pimbêche remise à sa place, du fantasme qui s’avère décevant ou encore du sempiternel coup du meilleur ami. Et forcément, comme il faut du ressort dramatique, pile quand ça va aller mieux une tuile va tomber, puis pile quand elle va se rendre compte qu’elle se trompait elle va arriver au mauvais endroit au mauvais moment, à tel point qu’on pourra prédire chaque retournement de situation avec une précision désespérante. Evidemment, dans l’ensemble c’est fonctionnel, sympathique et parfois un tantinet drôle, mais c’est surtout désarmant de paresse.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

Une merveilleuse histoire du temps

Une merveilleuse histoire du temps
2015
James Marsh

Tout le monde ou presque connaît déjà au moins de nom Stephen Hawking, brillant scientifique qui a fait beaucoup avancé la recherche sur l’univers et son fonctionnement, bien que ce que la plupart des gens retiennent de lui c’est sa maladie qui a fait de lui un corps désarticulé et inerte, cloué sur un fauteuil et parlant à l’aide d’un ordinateur. Apprendre qui était l’homme derrière le personnage pouvait être intéressant, et entre d’excellentes critiques, plus de 120 M$ au box-office mondial et plusieurs nominations aux Oscars avec à la clef un prix d’interprétation pour l’acteur principal, c’est indubitablement une franche réussite.

Le film nous narre donc la vie de Stephen Hawking (Eddie Redmayne), démarrant par son entrée à Cambridge en 1963 où il avait été accepté pour y faire sa thèse de doctorat (auprès de David Thewlis). C’est à ce moment-là de sa vie qu’il rencontra son grand amour Jane (Felicity Jones), qui lui apportera par la suite une aide indéfectible. En effet, peu après son entrée dans sa nouvelle université, il fut diagnostiqué comme souffrant d’une maladie dégénérative musculaire, ne lui laissant que deux ans à vivre. Grâce au soutien de Jane et à son envie de découvrir les mystères de l’univers, il trouvera la force de se battre.

Etant donné que le bougre est toujours vivant, difficile de créer une quelconque tension ou suspense autour de sa maladie annoncée comme mortelle, plus encore lors d’une opération chirurgicale dite « à risque ». On se concentrera donc surtout sur sa romance, placée sous le signe de la dévotion pour elle, de la perte de soi pour lui. Une situation atroce aussi bien pour l’un que pour l’autre, lui ne voulant pas être boulet spectateur de sa propre vie et elle s’accrochant tant bien que mal malgré les tentations (Charlie Cox). On peut tout de même se poser des questions d’impartialité quand on sait que l’histoire est basée sur un livre écrit par la fameuse Jane, mais après tout Stephen a personnellement validé le film. Dans tous les cas, compte tenu du personnage dont il est question, il est dommage de se focaliser à ce point sur sa vie sentimentale tant en sortant du film on est totalement incapable de dire en quoi c’est un génie et surtout ce qu’il a apporté au monde en dehors de théories non prouvées et de surcroît basées sur des travaux tiers. On reste sur du drame sentimental, certes particulièrement bien mis en scène et interprété, mais trop classique pour prétendre mériter une telle réputation. L’homme n’en ressort pas grandi, le spectateur non plus.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

Le Défunt récalcitrant

Le Défunt récalcitrant
1941
Alexander Hall

Avant que la télé ne débarque dans nos foyers avec les rediffusions puis plus tard les supports physiques, les films sombraient dans l’oubli une fois leur exploitation en salles terminée. Il y a tout juste dix ans, ce candidat pour l’Oscar du meilleur film, réalisateur et acteur retrouvait enfin le chemin de nos maisons, s’offrant au passage de prestigieux doubleurs que les habitués reconnaîtront sans mal. N’y avait-il pas eu de doublage français à l’époque ? À moins que la qualité n’eusse été trop mauvaise.

Jeune homme beau et dynamique, Joe Pendleton (Robert Montgomery) avait tout pour réussir dans la vie, étant même promis à un brillant avenir dans la boxe. Oui mais voilà, alors au volant de son avion, il n’a pas survécu pas au crash, c’est tout du moins ce que les croques-morts du paradis avaient cru, laissant même ses proches l’incinérer. Ils vont alors se retrouver avec un esprit vivant sur les bras, devant le recaser dans un corps. Pour cela rien de plus simple, il suffit de l’insuffler dans un corps fraîchement mort, par exemple le riche banquier Bruce Farnsworth tout juste noyé dans son bain par l’amant de sa femme. Une nouvelle vie va alors commencer pour Joe.

L’idée du film est à la fois originale et amusante : le ciel a fait une erreur et va chambouler le monde pour la réparer. On met ainsi un grand bout-en-train dans le corps d’un banquier moribond et détesté, causant un véritable choc pour l’entourage du normalement mort. Ça reste gentillet et le film n’exploite pas complètement le filon, mais ça marche et on a le droit à pas mal de passages drôles, notamment avec l’ex entraîneur de boxe perplexe devant la réincarnation et le croque-mort Jordan, charismatique majordome dans l’âme ne pouvant être vu que par Joe, créant nombre de situations cocasses. Néanmoins, il nous fera un sacré affront à la toute fin, oubliant le principe fondamental de la conscience de soi et du sens de la vie : nous ne sommes que la somme de nos émotions et de nos souvenirs. Le pire c’est qu’on sent que toute l’équipe du film a dû être sacrément fière de leur fin, se disant que c’était « original et beau ». Non, c’est juste gnangnan et psychologiquement plus terrifiant que la mort. L’âme c’est bien gentil, mais c’est l’esprit qui nous dit que l’individu qu’on est existe réellement. Une grossière erreur qui nous laisse sur un arrière-goût désagréable, atténuant la bonhomie qui se dégage de ce conte familiale.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

The End

The End
2016
Guillaume Nicloux

Visiblement épaté par Near Death Experience (comment pourrait-il en être autrement ?), le réalisateur nous propose à son tour une plongée dans l’ennui, abandonnant un homme pitoyable au beau milieu de la nature, remplaçant la garrigue de la Sainte Victoire par la forêt de Fontainebleau. Seulement cette fois, ça n’est pas une promenade d’expiation où le héros vient y chercher la mort, même si ça cause plus que ça ne se suicide, mais au contraire un homme (Gérard Depardieu) certes abîmé et résigné, mais toujours attaché à la vie et souhaitant simplement chasser un petit coup avec son chien. Une journée qui s’annonçait banale dans une forêt qu’il croyait connaître comme sa poche. Pourtant, après quelques heures de marche à tourner en rond, il va devoir se rendre à l’évidence : son chien manque à l’appel, il est perdu et quelqu’un lui a volé son fusil. Son fusil bordel !

Heureusement que le film est court, car sinon qu’est-ce qu’il serait long… Vieux, fatigué et à l’obésité croissante, notre gégé national traîne péniblement son cadavre de baleine dans une forêt vaguement psychédélique où la logique n’a plus sa place. Mise à l’épreuve, jugement divin, hallucination ou connerie infinie, on ne saura pas, constatant simplement une série d’événements et de rencontres malaisantes. Métaphore de la folie humaine ou mise en abîme de la décrépitude de l’acteur ? Mais peut-être n’y a-t-il rien à creuser, juste à subir un périple éprouvant faisant écho à la vie moribonde du personnage principal. Un semblant d’intérêt fait mine d’arriver vers la fin, donnant enfin une conséquence à tout ça à défaut d’y donner du sens, mais vient ensuite une pénultième scène qui enlève le peu de cohérence que ce film avait. Comme dirait la fille, ça n’est pas de la mauvaise volonté, c’est un fait, ça ne rentre pas. Eh bien dans ce film non plus on ne rentrera pas.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire

Les Cowboys

Les Cowboys
2015
Thomas Bidegain

Quand la réalité dépasse la fiction. Ecrit en 2011 et démarrant au début des années 90 avant même l’affaire Mohamed Merah et que l’enrôlement de jeunes françaises dans le djihad – et pas uniquement d’ailleurs – ne prenne une telle ampleur, le film raconte le calvaire d’Alain (François Damiens), père de famille dont la jeune Kelly, 16 ans, ne rentra jamais à la maison. Inquiet et cherchant des réponses, il découvrira qu’elle entretenait une relation avec un certain Ahmed, 18 ans, devenu au fil des ans islamiste radical et qu’il l’aurait rallié à sa cause. Entre une justice laxiste et des groupuscules musulmans extrémistes bloquant les informations, Alain mènera l’enquête de son côté, épaulé par un fils (Finnegan Oldfield) bien décidé à sauver sa sœur du lavage de cerveau dont elle a été victime.

C’est ce qu’on appelle un film en plein dans l’actualité, un peu trop d’ailleurs. Sorti quelques jours seulement après les attentats du Bataclan, le film faisait vraisemblablement trop écho au drame qui avait ébranlé le pays puisque malgré de très bonnes critiques, une présence remarquée à Cannes et une distribution importante, il a dû se contenter de deux cent mille entrées. Au moins, c’est déjà ça comparé à Bastille Day qui dans un contexte similaire fut carrément retiré des salles au bout de deux jours. C’est néanmoins dommage puisque le film traite intelligemment son sujet, montrant que cela peut arriver sans prévenir et à n’importe qui. Le fait que l’histoire se déroule avant la montée du djihadisme rend l’histoire d’autant plus importante puisque personne n’était psychologiquement préparé à ce genre de choses, faisant d’autant plus patauger l’enquête. On sent la détresse des proches, l’intangibilité du danger et le côté grandissant de la menace. Il faut dire que nos deux cowboys font du très bon boulot, ne parlant en plus que très peu, jouant beaucoup sur l’intériorisation, nous faisant presque oublier la présence étonnante de John C Reilly. Visuellement le film est aussi très fort, n’hésitant pas à nous plonger directement au cœur de la Syrie et ses paysages sauvages, renforçant l’immersion du spectateur qui accompagne nos protagonistes aux quatre coins du globe. Même culturellement le film est pertinent, évitant soigneusement les amalgames en montrant de bons citoyens français et musulmans, mais aussi d’autres nationalités. Un film pertinent et percutant donc, bien qu’abordant une histoire déjà bien trop ancrée dans l’imaginaire collectif.

Publié dans Cinéma, Critiques | Laisser un commentaire