Equals

Equals
2016
Drake Doremus

Source de toutes nos souffrances, nos sentiments nous poussent parfois à commettre des erreurs, des crimes parfois même. Devrions-nous nous en séparer quitte à perdre ce qui fait de nous des êtres humains ? Voilà un thème dont il a été moult fois question en science-fiction, bien que la réponse ne varie jamais : c’est une aberration qui vide notre existence de sens. Pratiquement pas sorti en salle malgré des têtes d’affiche qu’on ne présente plus, le film explore à son tour ce fascinant débat.

La prochaine grande évolution de notre société sera-t-elle l’émancipation de nos pulsions primaires ? Dans un contexte post-Troisième Guerre Mondiale où la majeure partie de la population fut décimée, une décision radicale fut prise : la création d’un monde aseptisé où les émotions sont réprimées, idéologiquement et culturellement dans un premier temps, puis chimiquement si besoin est. Destruction des liens familiaux, isolement des individus, suppression des contacts physiques, uniformes et uniformisation des niveaux de vie. Pourtant, des personnes atteintes du SOS (Switched On Syndrome, ce qui veut dire que les gens souffrent de DEN – Déficience Émotionnelle Neurologique) sont régulièrement détectées, mettant en danger l’équilibre en place. Jusqu’alors employé et citoyen model, Silas (Nicholas Hoult) va se mettre à ressentir des choses pour sa collègue Nia (Kristen Stewart).

Oh qu’il est difficile de passer après Equilibrium et The Giver tant le film ne tient pas une seule seconde la comparaison… Si les bases du concept sont correctement posées et que l’univers créé est solide, le film n’a clairement pas un développement à la hauteur des modèles du genre. Dans Equilibrium il y avait une force de répression bien plus oppressante et le film avait une portée qui allait bien au delà du simple individu, sans compter son efficacité redoutable lors des séquences d’action. Quant à The Giver, en plus de proposer un univers infiniment plus riche allant jusqu’à des concepts métaphysiques, sa violence psychologique assorti d’un calme glaçant lui donnait un impact formidable, d’autant plus de part sa poésie si touchante. Ici, entre deux redites pas très inspirées, on se contentera d’une romance sympathique mais qui ne changera pas la face du monde, basant de surcroît la majorité de son développement final sur la connerie de ses protagonistes. Quand Guy Pearce dit de ne pas bouger, on ne bouge pas bordel ! Le concept est bon – on le savait déjà – et le casting solide – c’était une évidence – mais en dehors de ça on est clairement sur du sous-produit pas très abouti.

Cette entrée a été publiée dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>